L’ATELIER CUISINE DE LA CIMADE DE BÉZIERS

À l’atelier cuisine de la Cimade de Béziers, nous sommes de France, d’Algérie, de Syrie, d’Arménie, d’Albanie, du Tchad, d’Angola, de Turquie… Nous sommes pâtissières, cuisinières, serveuses et nous nous retrouvons régulièrement pour échanger expériences, sourires et recettes.

Cela fait environ un an que j’enrichis cette galerie de portraits au fil des évènements organisés par L’atelier cuisine de la Cimade. Lucarne avec vue sur le monde, d’autant plus précieuse qu’elle est ouverte à Béziers. Certaines photographies de cette série accompagneront les dessins de Géraldine Garçon pour illustrer un livre à paraître en 2020. Voici quelques mots de présentation empruntés à Vincent Brossel et Jean-Philippe Turpin.

« Depuis 80 ans, La Cimade, association de solidarité active avec les personnes migrantes et réfugiées, a apporté sa contribution originale aux combats pour la dignité et l’hospitalité. Elle se situe résolument aux côtés des femmes et des hommes venu·e·s d’ailleurs pour chercher le droit de vivre dignement dans notre pays.

Depuis ses origines, pendant la période noire de la Seconde Guerre mondiale, jusqu’à aujourd’hui, une même ligne de force traverse toute son histoire : accompagner les personnes étrangères dans la conquête et la défense de leurs droits, résister contre les lois et les pratiques qui stigmatisent, excluent et humilient, témoigner et interpeller les pouvoirs publics et les consciences.

Aujourd’hui, grâce à un mouvement de 2 500 bénévoles et plus de 100 salarié·e·s en métropole et en outre-mer, La Cimade accompagne, héberge et défend plus de 110 000 personnes étrangères chaque année, et intervient en centre de rétention et en prison. Dans ses deux centres d’hébergement, à Béziers et Massy, elle propose aux résident·e·s un soutien global qui passe notamment par des activités d’insertion, comme c’est le cas avec les Ateliers Cuisine au CADA de Béziers. » (VB)

LA CUISINE

« 20 ans déjà que le centre de la Cimade est ouvert à Béziers. ! Lieu d’histoires déposées, il accueille les souffrances engendrées par les désordres du Monde. Parfois Cour des Miracles, c’est avant tout un refuge, un outil de défense des droits et d’accompagnement social. Une personne sans papier n’est pas une personne sans droit et encore moins une personne sans dignité.

Mais le monde se clive, les personnes étrangères restent des boucs emissaires : il faut donc encore et toujours créer des espaces de rencontre. Quoi de mieux qu’un repas partagé ? Une discussion autour de la meilleure façon de préparer des aubergines farcies ? Une dégustation de beignets de coco ? Il s’agit donc moins d’un livre de cuisine qu’une recette pour faire des choses ensemble. La cuisine réunit le monde et la nourriture est une expérience de vie. Mais nous avons faim aussi de justice sociale.

Mordre dans un pain c’est mordre la vie. Depuis 20 ans, nous avons de l’appétit et nous croyons que la vie est plus forte que tout le reste… » (JPT)

LA FÊTE

Contact : L’Atelier Cuisine de Béziers Lien : Le Festival des Peuples