Sur la route de Gruissan dans l’Aude.

Dans l’idée de renouer avec la vie « d’avant », trépidante et pleine de surprises, me voilà donc parti aux confins de l’Hérault, sur les berges de l’Aude et par-delà le fleuve tumultueux ! Biterrois d’adoption, je laisse à ceux qui gardent en mémoire les « Derbies Occitans », la rivalité rugbystique entre Béziers et Narbonne et les commentaires de Pierre Albaladejo, le soin d’apprécier l’audace de la démarche…

Sur la rive sud de l’Aude, à quelques centaines de mètres de l’embouchure on trouve le village des « Cabanes de Fleury ». Un petit coin perdu et abrité par une nature splendide et sauvageonne. Plus au sud en longeant la côte, le village de Gruissan, bien connu pour sa « plage des chalets », le film de Jean-Jacques Beneix « 37°2 le matin » et les amours de Betty et Zorg… Les cabanes sur pilotis ont gardé cet air désuet, un poil mélancolique, qui fleure bon les souvenirs de vacances. À part ça, on y trouve des montagnes de sel et des salins où gambadent de farouches flamands roses, et tout au bout de la route sur les bords de l’étang de l’Ayrolle, un village de pêcheurs qui a vraiment de la gueule. Le tout ventilé par une Tramontane vigoureuse qui dégage autant les bronches que le ciel. Pour la bande son, je préconise la chanson d’un enfant du pays : « La mer » de Charles Trenet.


Voir également : « Hors-Saison ». Les dernières gravures de Géraldine Garçon : « Le Sud »